Histoire

De la chimie puis au design, du design à la forge et la coutellerie d’art…

Quelle interaction avec la matière ? Que nous pouvons sentir et modeler. Et par là créer. Argile et textile ? Fermaient tant de possibles qu’elle en ouvraient.

“La seule limite de la chimie est notre imagination” N’en fallait pas plus. Mais le metteur en scène n’est pas l’acteur. Retour au macro.

Le design et la conception d’objet, qui abat les barrières de la création, du monde des choses, des disciplines. Sas d’exploration. Histoire de l’art, philosophie de la création. 2D, 3D, espace. Verre, bois… Métal.

Déclic.

Fer, acier, acier dur. Acier à couteaux. Couteaux.

Le coup de cœur et les possibles qui s’ouvrent : l’histoire des hommes et ses paradoxes, son ambivalence. La matière qui accepte la finesse, qui résiste.

Positionnement, réflexions.

 

Forgeron ou forgeronne ? Le forgeron est-il l’héritier du savoir-faire ancestral ? La forgeronne est-elle celle qui s’approprie un savoir-faire historiquement réservé aux hommes ?

Ronronne.

Comme le bruit du soufflet qui attise le feu dans la forge.

A juste mesure.

Comme le coup de marteau du forgeron, qui forme ou déforme. Comme le feu, qui brûle ou réchauffe.

Ambivalent.

Comme le couteau, qui en tranchant la matière est créateur et destructeur.

La forgeronne coutelière, s’inspirant de ces paradoxes, crée le sien.

Ronronne.

Invitée au mariage des contraires, A  faire des ponts entre les genres, les univers, les styles.

 

Le manifeste est posé. L’aventure peut commencer.