Projet : Chemin filant

La route vers la maîtrise du geste qui façonne la matière avec justesse est longue, c’est un chemin exploré par l’esprit et le corps, l’histoire et la science, par l’écoute, l’essai, la répétition… La répétition. 

Aller et puis revenir, vers ce que l’on a compris ou croit avoir compris. Faire une boucle pour mesurer l’apprentissage, et prendre conscience du chemin parcouru et du chemin à parcourir.

Le chemin, filant à grande vitesse, temporalité fugace faite de ce qui était et ce qui sera. Comme dans une parenthèse.

Chemin filant, comme réunissant les fibres pour tisser sa propre trame. Comme une façon d’avancer pour relier sa propre histoire.

Ainsi le regard se pose : sur soi, sur la matière, sur l’objet. Place est faite pour laisser le fil passer. Dans le bois, et en soi. Devenant amas de matière à relier, à souligner, à orner. Observer, percer, broder.

Et la main est l’actrice principale de l’expression des sensations, des émotions. Reflet, elle créée le miroir extérieur de ce qui se passe à l’intérieur, et imprime, par son geste, une part de vécu.